Demain j’aurai vingt ans [Alain Mabanckou]

Hello,

Je me sens un peu honteuse de l’avouer mais je crois que je n’avais jamais entendu parler d’Alain Mabanckou avant de lire Demain j’aurai vingt ans. Heureusement il n’est jamais trop tard, et j’ai encore toute la vie devant moi pour découvrir le reste de ses livres.

alain mabanckou_demain j'aurai vingt ans_ulostcontrol_1

L’histoire de Demain j’aurai vingt ans n’est pas bien compliquée puisqu’elle ne s’inspire de rien d’autre que la vie. Michel est un enfant de 8-10 ans, il vit avec sa mère Pauline et son “père nourricier” Roger dans une ville du Congo. Au jour le jour, aussi simplement que possible, Michel nous raconte son quotidien, les événements qui rythment sa vie et celle de ses parents, de ses amis, de ses voisins, de l’école. Il nous retranscrit tout cela avec son langage, ses expressions, sa façon d’interpréter ce qu’il entend, ce qu’il voit et ce qu’on lui raconte. Très proche de nous, on sent et on sait Michel sincère : c’est un narrateur adorable auquel on s’attache en moins de temps qu’il n’en faut pour l’écrire.

Son langage est absolument génial et est à l’image de son caractère : délicieux à découvrir. J’avais presque l’impression de le voir se tordre de rire devant moi, chercher partout la clé du ventre de sa mère, appeler les gens “opium du peuple”, regarder les portraits de Victor Hugo et de Lénine chez son tonton René, angoisser de ne pas savoir ce qu’ “assidu” veut dire, tomber amoureux de Caroline et avoir l’impression que son cœur se décroche et tombe dans son cœur. Ce sont autant d’expressions et de petites histoires qui rendent l’histoire de Michel unique.

“Papa Roger est mon père, un point c’est tout. Je ne veux pas savoir si j’ai un vrai père quelque part. Je ne veux pas voir le visage de ce monsieur que je ne connais pas et qui serait mon vrai père.” (p.96)

alain mabanckou_demain j'aurai vingt ans_ulostcontrol_4

On pense forcément à Romain Gary quand on lit Demain j’aurai vingt ans, et pourtant je n’ai rien trouvé dans l’histoire d’Alain Mabanckou qui m’ait lassée, que j’ai eu l’impression d’avoir déjà vu ou de déjà connaître. Au contraire, j’ai adoré la fraîcheur de cette histoire, ses personnages émouvants, ses petits événements apparemment insignifiants mais qui font en fait toute l’enfance de Michel. Vous l’aurez sûrement compris : Demain j’aurai vingt ans est un livre qui m’a énormément touchée et pour lequel j’ai eu un gros coup de cœur. L’histoire de Michel est pleine d’émotion, simple et vraie.

Moi je cherche une autre route, ma route du bonheur, celle que je prendrai pieds nus, en plein soleil, même si le goudron me brûle. J’arriverai loin, très loin, là où toutes les routes du monde se croisent, là où on retrouve les gens qui nous ont quittés et qui n’ont plus le même visage comme lorsqu’on les avait connus sur Terre. (…) Quand je prendrai cette route du bonheur je saurai alors que j’ai enfin grandi, que j’ai maintenant vingt ans. (p.400-401)

demain j'aurai vingt ans alain mabanckouPointe-Noire, fin des années 1970. Michel, un garçon d’une dizaine d’années, fait l’apprentissage de la vie, de l’amitié et de l’amour, dans le chaos apparent d’un Congo sous gouvernement marxiste. Les épisodes d’une chronique familiale truculente se succèdent, avec ses situations burlesques et ses personnages hauts en couleur : le père adoptif de Michel, réceptionniste à l’hôtel Victory Palace ; maman Pauline, qui a parfois du mal à éduquer son turbulent fils unique ; l’oncle René, riche et néanmoins opportunément communiste ; l’ami Lounès, dont la soeur Caroline provoque chez Michel un furieux remue-ménage d’hormones…

Alain Mabanckou nous offre une Vie devant soi à l’africaine. Il prête à son narrateur une langue réjouissante dont la fausse naïveté fait merveille.

Connaissez-vous d’autres livres où le narrateur est un enfant ? Aimez-vous lire des livres qui se ressemblent ou au contraire avez-vous l’impression qu’ils se répètent ?

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.Les champs requis sont indiqués *