L’exposition “Double Je” au Palais de Tokyo

Hello,

Souvenez-vous : l’année dernière, j’avais beaucoup aimé L’Anneau de Moebius de Frank Thilliez. Alors quand j’ai entendu qu’une exposition au Palais de Tokyo était basée sur une de ses nouvelles, j’ai tout de suite eu envie d’aller y faire un tour.

franck thilliez_double je_palais de tokyo

L’exposition

Un matin, Ganel Todanais se présente au commissariat de police pour confesser son meurtre : les mains tachées de sang et encore tremblant, il livre aux policiers l’arme du crime et leur fait ses aveux. La situation n’est pourtant pas si simple qu’elle n’y paraît : en effet, le corps de la victime est introuvable. La police se rend alors sur les lieux du crime, l’appartement de la victime, pour y récolter des indices et mettre au clair cette histoire étrange. C’est cet appartement qui nous est présenté dans l’exposition : en tant que visiteur, on découvre le lieu de vie de la victime, le contexte dans lequel le meurtre a eu lieu et on récolte les indices laissés ici et là. On déambule ainsi de la chambre au garage en passant par l’atelier de création.

Visiter Double Je, c’est explorer une scène de crime, imaginée spécialement par l’écrivain Franck Thilliez pour cette exposition. (extrait du livret de l’exposition)

La pièce de l’atelier a d’ailleurs une place toute privilégiée dans cette exposition puisque l’artisanat d’art est une des problématiques essentielles de Double Je. Non seulement la victime était lui-même un artiste, mais ce sont également une trentaine d’artisans qui ont participé à la réalisation de l’exposition en créant ou en mettant à disposition des pièces de leur collection : on découvre ainsi au fur et à mesure de la visite des pièces créées par des sculpteurs, encadreurs, plumassiers, photographes, graveurs sur bois, aérographiste, céramiste, imprimeurs… autant d’artistes qui mettent en valeur le métier d’artisan et impressionnent par leur savoir-faire et leur créativité. La scénographie rend d’ailleurs particulièrement justice à toutes ces pièces inédites et à tous ces métiers, et donne au visteur envie de prendre son temps pour découvrir tous ces objets d’art faits avec minutie.

franck thilliez_double je_palais de tokyo_u lost control_3 franck thilliez_double je_palais de tokyo_u lost control_2

L’exposition est bien construite et efficacement soutenue par un “rapport d’enquête” : un petit livret de quelques pages qui nous est remis à l’entrée et qui nous guide à travers les différentes pièces de l’exposition. Accompagné d’extraits de la nouvelle de Franck Thilliez, il nous permet de découvrir l’exposition comme si nous étions enquêteurs et nous incite à faire attention à toutes les pièces et à tous les objets pour, nous aussi, résoudre l’enquête. On fait d’ailleurs le tour de l’exposition assez rapidement : une heure peut suffire à découvrir toutes les pièces de l’exposition même si bien-sûr, je vous invite à y rester un peu plus longtemps pour pouvoir profiter de toutes les pièces exposées.

franck thilliez_double je_palais de tokyo_u lost control_4 franck thilliez_double je_palais de tokyo_u lost control_5

En sortant de l’exposition, je n’étais pas tout à fait certaine d’avoir résolu l’enquête et je n’avais pas trouvé tous les tenants et aboutissants de l’histoire, mais j’étais largement sur la bonne piste et avais bien identifié les principaux axes de l’intrigue.

La nouvelle de Franck Thilliez

La nouvelle de Franck Thilliez est vendue au prix de 2,90€, et j’ai choisi de ne la lire qu’après avoir visité l’exposition, je n’ai donc pas lu l’épilogue du rapport d’enquête (qui est intelligemment précédé d’un “spoiler alert” d’ailleurs) pendant ma visite. Le format est assez chouette puisque la nouvelle se présente sous la forme d’un grand dépliant. Comme le dit Etheals, c’est ludique et amusant.

Quant à l’histoire en elle-même, j’avoue que je ne l’ai pas trouvée géniale. Si le contexte de l’artisanat est passionnant, j’ai trouvé l’intrigue franchement téléphonée, beaucoup trop prévisible. Il faut savoir que quand je lis des romans policiers, je ne trouve jamais le coupable toute seule, ni le comment du pourquoi. Ici, je n’avais même pas lu le tiers de la nouvelle que j’avais déjà la solution ! J’ai trouvé ça un peu décevant, et pas vraiment à la hauteur de L’Anneau de Moebius.

(…) l’artiste contemporain qui fabrique des objets ne réalise qu’une partie du travail. Il faut ensuite des marchands, des communicants pour transformer ces artéfacts en art. (extrait de la nouvelle)

franck thilliez_double je_palais de tokyo_u lost control_1

Si lire la nouvelle en elle-même n’a pas beaucoup d’intérêt selon moi, c’est en revanche hyper intéressant de le faire en complément de l’exposition.

Lire et visiter

Pour conclure, je vous conseillerais finalement de ne pas choisir entre lire la nouvelle de Franck Thilliez et visiter l’exposition. Selon moi, la nouvelle ne se suffit pas à elle-même : l’intrigue n’est pas suffisamment forte ni assez bien élaborée, et l’histoire s’enrichit vraiment des œuvres de l’exposition et de sa scénographie. On retire du plaisir de la visite et de la lecture justement parce qu’elles sont complémentaires : lire la nouvelle de Franck Thilliez m’a permis de confirmer mes doutes, d’étoffer l’univers que j’avais découvert pendant l’exposition. Les deux éléments culturels -la nouvelle et l’exposition- offrent ensemble une belle expérience au lecteur et au visiteur.

Si je n’ai pas particulièrement apprécié la nouvelle Double je, je n’en suis pourtant pas déçue. J’ai vraiment adoré le concept d’une exposition basée sur une nouvelle, une enquête policière qui plus est -l’expérience est très interactive et amusante, elle engage le lecteur et le visiteur et je pense que l’exposition peut séduire un large public et ne s’adresse pas uniquement aux amateurs d’art. L’exposition est en effet très bien construite et je pense qu’elle a vraiment la capacité de fédérer les publics et d’emmener au musée des gens qui ne sont pas passionnés d’art. En plus, elle rend un bel hommage à l’artisanat et aux métiers d’arts et nous invite à nous interroger sur la relation entre artiste et artisan. Bref, je suis vraiment fan du concept et de l’univers de cette exposition, Double Je est une expérience géniale que je serais prête à renouveler dès que possible et que je trouve absolument géniale !

Vous pouvez aller voir l’exposition Double Je au Palais de Tokyo à Paris jusqu’au 16 mai. Plus d’informations ici, et vous pouvez aller lire l’article d’Yvan ici.

le mois du thrillerCet article est publié dans
le cadre du challenge “le mois du thriller”
organisé par La Rousse Bouquine !

Vous aimerez peut-être aussi

8 commentaires sur “L’exposition “Double Je” au Palais de Tokyo

  1. C’est un très bon concept je trouve ! J’en ai également entendu parler mais je suis tentée de découvrir la nouvelle de Thilliez pour pouvoir profiter à fond de l’expo!

    1. Je pense que tu peux sans problème lire la nouvelle avant de voir l’expo, je pense qu’il n’y a pas d’ordre idéal et qu’on profite autant des deux quelque soit l’ordre par lequel on commence. C’est une super idée en tout cas 🙂

  2. Je suis d’autant plus intéressée par l’expo que je ne pourrais pas voir malheureusement, faute de pouvoir se déplacer. J’aime beaucoup le côté ludique/enquêteur qu’ils ont donné à cette expo qui est très sympathique, c’est le genre d’endroit où j’aimerai passer un long moment pour tout découvrir, voir le moindre recoin et les moindre détails. Merci de m’avoir cité, c’est gentil. 🙂 xx

    1. Oh dommage ! C’est vrai que ces expositions sont réservées aux parisiens malheureusement :-/ C’est ce côté ludique qui m’a attirée aussi, et le fait que ce soit fait avec Franck Thilliez, que j’avais adoré dans L’Anneau de Moebius. Je crois franchement que je vais y retourner pour faire d’autres photos et la voir d’un autre œil maintenant que j’ai lu la nouvelle.
      Avec plaisir, ton article était très chouette !

  3. C’est un chouette concept ! J’aime beaucoup Franck Thilliez et je ne peux que te conseiller de continuer à le lire. Je n’ai pas lu cette nouvelle mais j’ai lu tous ses romans et je pense que c’est l’un de mes auteurs préférés. Le seul qui m’ait déçu reste Puzzle pour le moment.

    1. J’ai trèèèès envie de continuer à le découvrir ! J’ai encore quelques polars dans ma pal, mais ensuite j’en achèterai sûrement un des siens 🙂 Et en tout cas je sais que Puzzle ne sera pas le prochain, merci pour ton avis !

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.Les champs requis sont indiqués *