Close

J’ai longtemps eu peur de la nuit [Yasmine Ghata] #RL2016

Avec ce deuxième titre de la rentrée littéraire, j’ai choisi de vous emmener jusqu’au Rwanda. J’ai longtemps eu peur de la nuit revient en effet sur le génocide des Tutsis à travers le personnage d’Arsène, un enfant rescapé de ce massacre.

j'ai longtemps eu peur de la nuit_yasmine ghata_u lost control_2

Pour l’atelier d’écriture qu’elle anime dans une école, Suzanne demande à chacun de ses élèves de ramener pour la prochaine fois un objet de famille un peu ancien, qui symbolise leur histoire et a traversé les générations. Arsène est mal à l’aise : originaire du Rwanda et adopté quand il était plus jeune par une famille française, il ne possède rien qui appartienne à son passé hormis une vieille valise. À un moment de sa vie où son propre passé résonne en elle, Suzanne remarque l’embarras de cet enfant et va nouer avec lui une relation singulière.

Tu as peur d’ouvrir cette valise, peur de poser ton regard sur les ténèbres qu’elle renferme. Pour toi, elle loge un cadavre : celui de ton enfance pillée, en lambeaux.

On aborde dans J’ai longtemps eu peur de la nuit les thèmes du passé, de l’enfance, du souvenir. Le génocide Rwandais a évidemment un place toute particulière dans ce récit, et c’est ce qui m’a attirée dans cette histoire -et ce que j’ai aimé. Je n’avais lu aucun livre sur cette partie de l’histoire (j’avoue que je n’en avais pas particulièrement cherché) et j’ai trouvé que ce livre était une belle introduction pour en parler. D’autres thèmes sont abordés en filigrane du récit : la possession, les objets de famille, les symboles dont ils sont chargés et l’importance qu’on y attache.

Les heures passées dans cette salle de classe à dire l’indicible, à décrire l’impensable avaient exigé de lui un effort de mémoire que la moquerie de cet élève stupide réduisait à néant. Raconter son histoire, c’était la vivre et non la revivre. La souffrance d’Arsène ne pouvait se guérir qu’au moyen des mots.

L’histoire d’Arsène est déchirante : arraché in-extremis à sa famille pendant le génocide Rwandais, il a survécu pendant des jours affamé, assoiffé, seul et livré aux bêtes sauvages. Son parcours est terrifiant, et les images dont il a été témoin le hantent et nous hantent également. Suzanne souffre quant à elle encore de la mort de son père, elle cherche dans leur ancien appartement des images de sa présence, elle retrouve dans ses souvenirs et dans certains objets des preuves de son existence. Ces personnages sont très touchants, l’auteure nous les présente dans la plus grande intimité, elle nous les offre comme des trésors mais sans jamais les abandonner complètement. La rencontre entre Suzanne et Arsène repose sur l’écriture, le souvenir et la reconstruction. Ces deux personnages se sont bien trouvés : ils apprennent petit à petit à se connaître et ont une complicité qui est belle à voir.

Ne cherchent-ils pas tous deux à se construire à partir d’une béance ? Les paroles pour l’un, l’écriture pour l’autre les conduisent à la recherche de soi. Suzanne n’a pas vécu la même expérience qu’Arsène, mais elle est la mieux placée pour imaginer ce que ce serait de la vivre.

C’est là que le bat blesse : si j’ai trouvé l’approche de Yasmine Ghata sensible et émouvant, je l’ai parfois trouvée maladroite et quelques points m’ont un peu chiffonnée. Le parallèle entre l’histoire d’Arsène -le génocide Rwandais- et celle de Suzanne -la perte de son père-, pour commencer. Je le trouve assez maladroit, et il me met presque mal à l’aise. Heureusement, il est quand même fait avec sensibilité et tout en retenue.Il s’en est fallu de peu que je trouve ce livre grossier, mais heureusement, les personnages de Yasmine Ghata sont discrets, fins et délicats.

J’ai longtemps eu peur de la nuit m’a souvent fait penser à Elle s’appelait Sarah, notamment dans la construction du récit (l’alternance des chapitres avec l’histoire de différents personnages) mais aussi dans les personnages (un enfant comme personnage principal), mais HEUREUSEMENT le roman de Yasmine Ghata est BEAUCOUP plus subtil et intelligent que celui de Tatiana de Rosnay (désolée, mais je déteste Elle s’appelait Sarah). Il reste sobre, ne fait pas dans le pathos, n’utilise pas de procédé facile et ne prend pas son lecteur pour un con. Au final, les chapitres sur Suzanne permettent même de faire retomber la pression et de reprendre sa respiration avant de continuer la lecture. Ca rend le roman beaucoup plus soutenable.

Plus rien ne peut te faire peur, toi qui as erré si petit dans ce paysage hostile. Si, une chose te fait peur, te terrorise même, c’est de raconter. Ces événements enfouis dans ta mémoire pourraient ne jamais avoir existé, tu te dis parfois que c’est une légende qui court sur ton enfance.

Ce roman de Yasmine Ghata est finalement très, très, très facile et rapide à lire -je l’ai lu en à peine une journée. L’écriture est simple et fluide, peut-être un peu trop d’ailleurs. J’ai parfois du mal avec les styles trop saccadés et faits de phrases courtes qu’on retrouve souvent dans la littérature française contemporaine, je trouve que ça manque de subtilité et j’ai tendance à penser qu’à force de montrer ainsi à quel point c’est difficile d’écrire, d’exprimer ses émotions et de raconter son histoire, alors peut-être qu’on devrait s’en abstenir. Enfin, encore une fois, heureusement que les personnages de l’auteur sont attachants et donnent toute leur force au récit, car c’est clair que ce n’est pas l’écriture qui m’a séduite ici. Je raffole au contraire des longs paragraphes riches en détails qui permettent de bien ancrer le récit.

Mon avis sur J’ai longtemps eu peur de la nuit est finalement assez mitigé : quelques éléments m’ont un peu dérangée (l’écriture, le parallèle maladroit entre l’histoire des deux personnages), mais j’ai trouvé que la rencontre entre Suzanne et Arsène autour de l’écriture était très belle et rendait un bel hommage à l’histoire du petit garçon. Non, ce n’est pas “le” roman de la rentrée littéraire pour moi, mais j’ai quand même passé un bon moment en compagnie de Yasmine Ghata -seul le temps me dira si c’est un roman qui me restera en tête ou non !

Merci à Decitre pour ce partenariat !

j'ai longtemps eu peur de la nuit yasmine ghataTout commence lorsque Suzanne, qui anime des ateliers d’écriture, demande à chacun de ses élèves d’apporter un objet de famille susceptible d’illustrer sa vie personnelle. L’un d’entre eux, Arsène, un orphelin rwandais réfugié en France après avoir réussi à échapper aux massacres qui ont ensanglanté son pays, doit avouer qu’il ne possède rien d’autre qu’une valise qui lui a servi d’abri durant sa fuite. C’est à partir de cet objet singulier que Suzanne va le convaincre de lui raconter son itinéraire et de lui livrer le secret de sa jeune existence. L’exercice devient pour Arsène le moyen d’exorciser sa « peur de la nuit » et de renouer les fils d’une identité dévastée, tandis que Suzanne accomplit son propre rituel du souvenir en revenant, pour un ultime adieu, sur les traces d’un père prématurément disparu. Par la grâce de l’écriture et de l’imaginaire.

Connaissez vous Yasmine Ghata ? Avez-vous envie de lire celui-ci ? Connaissez vous d’autres livres qui parlent du génocide Rwandais ? 

4 thoughts on “J’ai longtemps eu peur de la nuit [Yasmine Ghata] #RL2016

  1. Malgré ton avis mitigé, tu me donnes tout de même envie de lire ce roman, de découvrir l’histoire du génocide Rwandais 🙂
    Et les passages que tu as choisis me donne encore plus envie de découvrir l’auteure !

    1. Franchement c’est un livre que j’ai adoré pour ça, et si ça t’intéresse fonce ! Ce n’est pas du tout un mauvais livre, je crois qu’il ne correspond juste pas à mes goûts personnels. Mais sinon il est plutôt bon et je l’ai trouvé assez parfait pour “commencer” à lire des livres sur le génocide Rwandais. Ca m’a donné envie d’en découvrir d’autres !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *