L’Arabe du futur, tome 2 [Riad Sattouf]

Hello,

Si vous vous souvenez bien, j’avais beaucoup aimé le premier tome de L’Arabe du futur l’année dernière. Malgré cet enthousiasme pour le premier tome, j’ai quand même laissé passer plusieurs (longs) mois avant d’enfin lire le tome 2. Il y a une raison précise et pas du tout valable à cela, si vous avez envie de lire mes stupidités et de savoir pourquoi je ne l’ai pas lu tout de suite, je vous invite à lire la suite. Sinon, sautez les deux premiers paragraphes.

l'arabe du futur_tome 2_riad sattouf_ulostcontrol

Au Salon du livre de Paris de l’année dernière, j’étais enchantée de profiter d’une pause pour écouter Riad Sattouf lors de sa conférence du dimanche matin sur la grande scène, mais j’avais vite déchanté quand, à chacune des questions, il répondait “ah ça, il faudra le découvrir dans le prochain tome”. Beaucoup trop frustrée, j’ai commencé à faire la gueule à Riad Sattouf (oui oui), du genre “et ben si c’est comme ça, j’ai même pas envie de le lire”, me disant que de toute façon ce n’était pas si bien que ça et que j’arriverais très bien à vivre sans. C’est bien connu et je ne déroge pas à la règle : les bretons sont têtus. Alors j’ai campé sur mes positions pendant plusieurs moi.

Et puis : les mois ont passé, les circonstances et surtout certaines rencontres ont fait que je n’avais plus du tout envie de passer à côté de ce tome 2, qu’il fallait que je le lise, que ça devenait nécessaire en plus d’être urgent. Et puis surtout, j’avais oublié pourquoi je faisais la gueule (je ne me suis souvenue de cette conférence au Salon du livre qu’en rédigeant cet article… hum). Et puis comme on dit :”il n’y a que les cons qui ne changent pas d’avis”.

Alors oui : Riad Sattouf est génial et ce deuxième tome est encore meilleur que le premier. J’étais dans un état d’esprit très positif avant de le lire, et je n’ai pas du tout été déçue. Le pitch est le même que dans le premier tome : on suit le petit Riad dans son quotidien et surtout dans sa première année d’école : il se fait de nouveaux copains, découvre encore plus de trucs et nous emmène dans de nouveaux décors. On y retrouve exactement le même humour qu’on avait adoré dans le premier, les mêmes personnages, la même manière de raconter les anecdotes. Les scènes de vie à l’école sont parfois drôles mais souvent très gênantes : la guerre contre Israël, sa volonté de s’intégrer, la maîtresse violente, la lecture du Coran que personne ne comprend… J’ai beaucoup aimé le passage où il raconte son apprentissage de la langue arabe, que j’ai trouvé très bien décrit et émouvant.

On y découvre également de nouveaux aspects, glaçants et terribles, de la vie en Syrie. Racontés du point de vue d’un enfant de six ans, certains événements politiques ou personnels ont d’autant plus d’impact qu’on a l’impression, en tant que lecteurs, de les comprendre alors que le petit Riad ne semble pas vraiment les saisir.

Bref, ce deuxième tome est pour moi un sans faute. L’Arabe du futur fait maintenant partie de mes bandes-dessinées préférées, de celles qui, en plus d’être pleines de qualités, me marquent de manière très personnelle et que j’ai su m’approprier. Encore une fois, je ne peux que vous conseiller de lire cette bande-dessinée qui en plus d’être intelligente, drôle et émouvante, déborde de vérité. Ne faites pas comme moi : n’attendez pas bêtement avant de la découvrir. Je me sens maintenant très bête d’avoir attendu autant de temps avant de lire ce second tome, et me languis déjà de la sortie du troisième.

l'arabe du futur_riad sattouf_extrait1l'arabe du futur_riad sattouf_extrait_2

la bd de la semaine_ulostcontrolUn deuxième tome encore meilleur que le premier ! L’Arabe du futur est définitivement une saga incontournable que je vous conseille vivement de lire si ce n’est déjà fait. Criante de vérité, de sensibilité et d’intelligence, c’est une histoire très complète en plus d’être instructive et passionnante à découvrir.

l'arabe du futur_riad sattoufNé d’un père syrien et d’une mère bretonne, Riad Sattouf raconte dans L’Arabe du futur sa jeunesse au Moyen-Orient. Dans le premier tome (1978-1984) le petit Riad était balloté entre la Libye, la Bretagne et la Syrie. Dans ce second tome, qui couvre la première année d’école en Syrie (1984-1985), il apprend à lire et écrire l’arabe, découvre la famille de son père et, malgré ses cheveux blonds et deux semaines de vacances en France avec sa mère, fait tout pour devenir un vrai petit syrien et plaire à son père. La vie paysanne et la rudesse de l’école à Ter Maaleh, les courses au marché noir à Homs, les dîners chez le cousin général mégalomane proche du régime, les balades assoiffées dans la cité antique de Palmyre : ce tome 2 nous plonge dans le quotidien hallucinant de la famille Sattouf sous la dictature d’Hafez Al-Assad.

Je participe cette semaine au rendez-vous “la BD de la semaine”, n’hésitez pas à aller découvrir les bandes-dessinées des autres participants sur le blog de Jacques.

RelatedPost

16 commentaires sur “L’Arabe du futur, tome 2 [Riad Sattouf]

    1. J’ai eu un moment où j’étais assez sceptique aussi, mais j’ai retourné ma veste et pour le coup ça me donne envie de mieux découvrir Sattouf, Les Cahiers d’Esther notamment !

    1. Je ne le lis pas pour le dessin non plus en effet, mais ça ne me rebute pas non plus, j’y suis un peu indifférente pour être honnête, je trouve que le dessin est plutôt là pour être “efficace”.

  1. J’avoue que je me suis ennuyée avec le deuxième tome, j’ai trouvé qu’il manquait d’une dimension plus générale, plus “politique” que j’avais trouvé au premier. ici j’ai trouvé que c’était très répétitif 🙁

    1. Je te comprends, c’est clairement la même chose… Mais je me suis rendue compte que je m’attachais d’autant plus aux personnages, et j’ai bien aimé continuer à découvrir des détails de la vie en Syrie.

  2. J’ai décidé de lire plus de BD cette année et j’avais noté L’arabe du futur dans les BD à découvrir. Tu confirmes ma pensée. Il ne me reste plus qu’à trouver où l’emprunter.

    D’ailleurs une petite question : tu achètes les BD ou tu les empruntes ?

    1. C’est une BD super chouette, elle ne plait pas à tout le monde en revanche comme tu peux le voir dans les commentaires 😉
      Alors jusqu’ici j’achetais mes BD, mais financièrement c’est pas la meilleure solution, et vu que je n’achetais que ce qui me plaisait vraiment de chez vraiment je sacrifiais pas mal de choses et m’empêchait de découvrir ce qui ne me tentait pas à 100% et que je n’étais pas quasiment certaine d’aimer… Mais récemment je me suis inscrite à la bibliothèque, et principalement pour cette raison d’ailleurs ! Ca va me permettre de lire non seulement PLUS de BD mais aussi des BD différentes vers lesquelles je ne me serais pas tournée spontanément… Je te conseillerais plutôt d’en emprunter avant d’acheter si tu débutes la BD du coup, ou alors d’aller en librairie spécialisée et de demander des conseils aux vendeurs pour vraiment savoir ce que tu achètes et qu’ils te communiquent leur enthousiasme, et fassent le tri pour toi 😉 Désolée pour le retard de ma réponse !

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.Les champs requis sont indiqués *