Love in Vain : Robert Johnson 1911-1938 [Mezzo & Dupont]

Hello,

Vous savez que depuis quelques mois, je prends beaucoup de plaisir à découvrir l’univers de la bande-dessinée. Alors quand j’ai appris que Price Minister, comme lors de la rentrée littéraire, faisait un événement dédié à la bande-dessinée à l’occasion du festival d’Angoulême, je n’ai pas hésité une seule seconde. Pour la BD fait son festival 2015, j’ai donc demandé de recevoir Love in vain de Mezzo & Dupont, bande-dessinée qui me faisait envie depuis un petit moment.

Cette bande-dessinée nous raconte l’histoire de Robert Johnson, un guitariste et chanteur de blues américain considéré comme l’un des meilleurs musiciens au monde. Outre de faire partie du « club des 27 », c’est aussi un des guitaristes les plus influents du monde de la musique. Les Rolling Stones et Eric Clapton s’en sont notamment beaucoup inspirés.
Ca, c’était pour la partie wikipedia. L’album de Mezzo & Dupont nous présente une réalité bien plus personnelle et fascinante que ce que quelques lignes d’une encyclopédie peuvent nous renseigner. Les auteurs ne se contentent pas en effet de nous dresser une simple chronologie de la vie de Robert Johnson. L’approche du musicien se fait de manière beaucoup plus intimiste et psychologique. Partant de la légende selon laquelle Robert Johnson aurait conclu un pacte avec le diable pour jouer aussi bien de la guitare, Mezzo & Dupont déroulent toute une thématique et tout un univers propres à cette légende. Le musicien est ainsi élevé au rang de mythe et devient un vrai personnage de roman, qu’on croirait presque fictif et inventé de toutes pièces.

Tout au long du récit, on sent que les auteurs déroulent le fil de cette légende et l’exploitent jusqu’au bout, s’en inspirant pour donner une atmosphère particulièrement mordante et sulfureuse à l’histoire. On s’imprègne ainsi complètement de l’ambiance des états du Sud des Etats-Unis, du Mississippi, des concerts de blues… Mais à travers la biographie de Robert Johnson, les auteurs abordent également les thèmes de l’inspiration, de la création et du talent. On ne sait que trop bien que la frontière entre création et « inspiration divine » est mince, et cette bande-dessinée nous rappelle de même qu’un pacte conclu avec le diable n’est peut-être que l’autre versant de l’inspiration divine.

Le dessin de Mezzo est un élément essentiel de ce récit et de cette mystification. Les planches en noir et blanc mettent en valeur les contrastes et introduisent un univers très symbolique puisqu’on voit d’autant plus les zones d’ombres et de lumière dans les décors et sur le visage de Robert Johnson. Le trait fin et précis contraste lui-même parfois avec les aplats de noir, et surprend vraiment le lecteur qui s’attarde sur le graphisme. De même, le format de l’album « à l’italienne », c’est à dire plus large que haut, nous suggère d’aborder l’oeuvre sous un point de vue assez cinématographique. On voit les scènes se dérouler devant nos yeux comme si on y était, le format des dessins nous donne un angle de vue très vivant et dynamique.

Le ton employé par le narrateur est également une des clés de cette bande-dessinée. Sarcastique et à l’avis bien tranché, il ne manque pas de nous faire sourire, de nous interpeller, de nous faire réagir, bref : à l’instar du dessin, la narration est vivante et rythmée. Si l’on pense naïvement d’ailleurs au début que le narrateur est Dupont, on sera bien surpris et amusé à la fin de découvrir l’identité du vrai narrateur de l’histoire…

Voilà donc une bande-dessinée que j’ai beaucoup aimée ! J’ai d’abord été séduite par son format original, véritable porte ouverte à l’imagination, puis le ton malicieux et les dessins graphiques et mystérieux ont achevé de me convaincre. Je la conseille vivement aux lecteurs qui sont sensibles au graphisme d’une bande-dessinée et aiment les univers fouillés et envoûtants. Pas besoin d’être un fin mélomane pour lire cette bande-dessinée : Love in vain est plus qu’une simple biographie, vous rentrerez dans l’histoire sans problème et y trouverez plus que l’histoire de Robert Johnson. Je lui ai donné la note de 16/20.

Né dans une plantation de coton au sud des États-Unis, Robert Leroy Johnson (1911-1938) est aujourd’hui hui considéré comme l’un des plus grands guitaristes de tous les temps. La légende veut qu à un carrefour, il ait vendu son âme au diable pour hériter de sa virtuosité. Beau garçon, on lui prête également une réputation de coureur de jupons invétéré et d écumeur de troquets notoire. Une vie de débauche qui le mènera, à l’âge de 27 ans, à une mort prématurée et voilée de mystère. Le premier d une longue lignée d artistes maudits partis trop jeunes… Durant sa courte carrière, Robert Johnson aura seulement laissé une trentaine de titres enregistrés et 3 photos. Mais sa vie, sa musique et sa mort en ont fait une légende pour plusieurs générations de bluesmen et de rockers. Découvrez son histoire…
En grands amoureux du blues et de la musique du Delta, Jean-Michel Dupont, par son écriture subtile, et Mezzo, par son graphisme puissant, signent un somptueux album comme une ode à la mémoire de ce père du blues qui a inspiré tant de grands musiciens comme Jimi Hendrix, Bob Dylan ou les Rolling Stones.

Vous aimerez peut-être aussi

4 commentaires sur “Love in Vain : Robert Johnson 1911-1938 [Mezzo & Dupont]

  1. Les dessins ici sont tous en noir et blanc donc en effet ça peut rebuter de nombreux lecteurs. Ca va bien avec l'ambiance de la bande-dessinée, mais je comprends que ça puisse ne pas plaire !

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.Les champs requis sont indiqués *