Mr Gwyn [Alessandro Baricco]

Hello,

Après avoir découvert Soie et Novecento : pianiste, j’ai souhaité poursuivre ma découverte d’Alessandro Baricco avec Mr Gwyn. Etant donné que j’avais beaucoup apprécié les deux premiers ouvrages, je ne me suis pas vraiment donnée la peine de me renseigner sur l’intrigue de ce livre à la couverture orangée : je me suis lancée en ayant toute confiance en l’auteur ! Il ne m’a d’ailleurs pas déçue.

alessandro baricco_mr gwyn_ulostcontrol_1

On rencontre Mr Gwyn alors qu’il vient juste d’envoyer au Guardian son prochain article, dans lequel il listait les 52 choses qu’il ne voulait plus jamais faire de sa vie -la dernière étant “écrire des livres”. Venant de la part d’un écrivain à succès, cette liste n’est pas du tout prise au sérieux par l’entourage de l’écrivain londonien : chacun la voit comme une boutade, une provocation qui aura finalement pour effet de vendre encore plus de livres. Sauf que cet article n’a rien d’une blague, Jasper Gwyn entend au contraire respecter le moindre point de cette liste, et surtout le dernier. Il s’est en effet donné pour objectif de se trouver une nouvelle activité.

Il avait mis des années à admettre l’idée qu’écrire lui était devenu impossible et maintenant il se trouvait forcé de constater que sans ce métier il lui était très difficile d’aller de l’avant. Il finit donc par comprendre qu’il était dans une situation que partagent beaucoup d’être humains, mais pas mois douloureuse pour autant, à savoir : la seule chose qui nous fait sentir vivants est aussi ce qui, lentement, nous tue. Les enfants pour les parents, le succès pour les artistes, les sommets trop élevés pour les alpinistes. Ecrire des livres pour Jasper Gwyn. (p.36)

Au terme d’un an d’année sabbatique qu’il s’est accordé pour réfléchir sur cette nouvelle activité, Jasper Gwyn décide qu’il va maintenant “écrire des portraits” : il se donne en effet le pari fou de ramener chez elles les personnes dont il va écrire les portraits. Si cette description du métier d’ “auteur de portraits” est assez vague, on découvre au fil du roman qu’elle renferme quelque chose de très intime et poétique, comme en témoigne le décor très pensé et nécessaire à l’écriture de ces portraits. Jasper Gwyn passe en effet beaucoup de temps à penser chaque détail de son décor : la pièce dans laquelle le modèle est mis en scène, la luminosité, la bande-sonore… L’auteur invente de toutes pièces un processus invraisemblable, tellement abouti qu’il en devient presque absurde. En mettant en scène des personnages attachants et qui ont su tisser des liens très forts entre eux, Alessandro Baricco aborde ainsi le thème de l’écriture et du processus de création en général.

L’idée qu’il était en train de dilapider toutes ses économies au hasard d’un métier dont il ne savait même pas s’il existait plaisait à Jasper Gwyn. Il voulait d’une certaine manière se retrouver au pied du mur parce qu’il sentait que c’était le seul moyen d’avoir une chance de trouver, en lui-même, ce qu’il cherchait. (p.64)

alessandro baricco_mr gwyn_ulostcontrol_2

J’avais beaucoup aimé le style d’Alessandro Baricco dans les deux premiers romans que j’avais lus de lui, et j’ai été surprise de ne pas retrouver exactement ce à quoi je m’attendais. En effet, si on retrouve la pudeur de Soie et la poésie de Novecento dans Mr Gwyn, elles prennent toutefois des formes assez différentes : le style d’Alessandro Baricco semble moins hachuré et fait de phrases plus longues et complexes dans ce dernier roman, comme si l’auteur avait voulu mettre de la magie dans ses phrases, comme s’il avait voulu prendre son temps. Comme son personnage principal, l’auteur paraît ici minutieux, attaché aux détails, aux mots dans leur individualité et dans l’ensemble qu’ils forment.

Jasper Gwyn disait que chacun de nous est la page d’un livre, mais d’un livre que personne n’a jamais écrit et que nous cherchons en vain dans les rayonnages de notre esprit. Il m’a dit que ce qu’il essayait de faire était d’écrire ce livre pour les gens qui venaient le voir. Il fallait réunir les bonnes pages. Il était sûr d’y arriver. (p.212)

Encore une fois, j’ai beaucoup apprécié ce roman d’Alessandro Baricco, qui s’impose peu à peu comme un de mes auteurs favoris. Je vous invite vivement à découvrir cet auteur italien si ce n’est pas déjà fait, et plus particulièrement Mr Gwyn si le thème de l’écriture vous intéresse. En plus d’intéresser les écrivains en herbe, le roman fascinera probablement aussi les passionnés de littérature qui aiment voir de la poésie dans les détails.

mr gwyn alessandro bariccoRomancier britannique dans la fleur de l’âge, Jasper Gwyn a à son actif trois romans qui lui ont valu un honnête succès public et critique. Pourtant, il publie dans The Guardian un article dans lequel il dresse la liste des cinquante-deux choses qu’il ne fera plus, la dernière étant : écrire un roman. Son agent, Tom Bruce Shepperd, prend cette déclaration pour une provocation, mais, lorsqu’il appelle l’écrivain, il comprend que ça n’en est pas une : Gwyn est tout à fait déterminé.
Simplement, il ne sait pas ce qu’il va faire ensuite. Au terme d’une année sabbatique, il a trouvé : il veut réaliser des portraits, à la façon d’un peintre, mais des portraits écrits qui ne soient pas de banales descriptions. Dans ce but, il cherche un atelier, soigne la lumière, l’ambiance sonore et le décor, puis il se met en quête de modèles. C’est le début d’une expérience hors norme qui mettra l’écrivain repenti à rude épreuve.

Qu’est-ce qu’un artiste ? s’interroge Alessandro Baricco, dans ce roman intrigant, brillant et formidablement élégant. Pour répondre à cette question, il nous invite à suivre le parcours de son Mr Gwyn, mi-jeu sophistiqué mi-aventure cocasse. Et, s’il nous livre la clé du mystère Gwyn, l’issue sera naturellement inattendue.

Connaissez-vous Alessandro Baricco ? Avez-vous déjà lu Mr Gwyn ? Avez-vous d’autres livres sur l’écriture ou la création à me recommander ?

Vous aimerez peut-être aussi

9 commentaires sur “Mr Gwyn [Alessandro Baricco]

  1. Je n’ai pas osé lire ton article en entier, tout simplement parce que tout comme toi je ne veux pas trop en savoir sur l’intrigue, et je compte juste me laisser surprendre par sa plume. Vu tout le bien que j’entends sur cet auteur, il faut que je le découvre tôt ou tard !

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.Les champs requis sont indiqués *