Poulet aux prunes [Marjane Satrapi]

Hello,

Je voudrais vous présenter cette semaine une bande-dessinée de Marjane Satrapi. Bien plus courte que Persepolis, elle raconte l’histoire d’un homme, marié et père de famille, qui a subitement décidé de mourir.

poulet aux prunes_marjane satrapi_ulostcontrol_2

Le 15 novembre 1958, Nasser Ali Khan décide de mourir. Sans que l’on sache pourquoi ni comment, on sait que dans une semaine, il sera mort. Jour après jour, on suit son quotidien et celui de sa famille, de ses enfants et de sa femme qui, désemparée, ne comprend pas pourquoi il agit de la sorte et ne sait comment l’aider. Grâce à des brefs retours dans le passé, on apprend notamment que Nasser Ali Khan, musicien, est fâché après sa femme qui a cassé son tar. Incapable d’en trouver un nouveau qui soit à la hauteur du précédent, le héros sombre petit à petit dans une terrible mélancolie… au point de vouloir en mourir, apparemment.

Poulet aux prunes est une bande-dessinée très courte (84 pages) aussi les événements s’enchaînent très rapidement. J’ai aimé ce dynamisme dans le récit, et ce sentiment de ne pas tourner en rond inutilement. Marjane Satrapi sait aller à l’essentiel tout en prenant le temps de bien construire son récit pour que tout s’enchaîne à merveille et soit crédible -ses talents de narratrice ne sont plus à démontrer. J’ai trouvé ça très sympa de savoir dès le début que Nasser Ali Khan va mourir, c’est un procédé que j’adore, que ce soit dans les romans autant que dans les BD.

Les personnages qu’elle nous décrit sont très attachants et émouvants, ils ont tous un côté détestable et ingrat qui les rend en même temps assez amusants et très humains, d’autant plus que l’on devine très clairement tous les sentiments qu’ils se refusent à exprimer. On apprend d’ailleurs d’autant plus à les connaître que l’auteur fait quelques bonds dans le passé pour nous expliquer leur histoire. Certaines situations décrites sont assez grotesques et tiennent presque du vaudeville ; c’est un aspect étonnant et vraiment appréciable de cette bande-dessinée, qui permet au lecteur de “prendre l’air” et de sortir un peu de la chambre étouffante dans laquelle Nasser Ali Khan attend la mort. Ces petits traits d’humour sont donc très bien amenés et ajoutent du relief et de l’intérêt à la bande-dessinée. Poulet aux prunes est finalement une histoire pleine de mélancolie, de regrets et d’actes manqués qui ne peut que nous nous émouvoir et nous attendrir.

poulet aux prunes_marjane satrapi_extrait 1 poulet aux prunes_marjane satrapi_extrait 2 poulet aux prunes_marjane satrapi_extrait 3

la bd de la semaine_ulostcontrolPoulet aux prunes est une très bonne bande-dessinée que je vous recommande absolument, que vous ayez déjà lu d’autres œuvres de Marjane Satrapi ou non. C’est une histoire très dynamique dont les personnages attachants et l’histoire intrigante font toute la force. Bref, un bel objet plein d’émotion et de mélancolie qui saura sûrement vous faire rire et pleurer !

marjane satrapi poulet aux prunesAvec cette nouvelle Ciboulette, Marjane Satrapi comblera les lecteurs de Persepolis tout en en surprenant plus d’un. En effet, si l’Iran et la famille de l’auteur sont de nouveau les principaux sujets de Poulet aux prunes, l’auteur explore ici de nouvelles voies de narration qui en font probablement son meilleur livre. Ou comment entrer dans le for intérieur de Nasser Ali Khan, qui a décidé de se laisser mourir car sa femme lui a cassé son tar, son instrument de musique inégalable…

Avez-vous lu Poulet aux prunes, Persepolis ou une autre bande-dessinée de Marjane Satrapi ?

Je participe cette semaine au rendez-vous “la BD de la semaine”. Retrouvez les bandes-dessinées des autres participants sur le blog de Yaneck.

Vous aimerez peut-être aussi

20 commentaires sur “Poulet aux prunes [Marjane Satrapi]

  1. Il me semble que j’avais aimé cette lecture. Je crois que par contre, Broderies m’avait laissé plus sceptique… Mais bon, ça remonte à super loin, et je dois bien reconnaître que je garde plus de souvenirs de Persépolis que de Poulet aux prunes.

    1. Je n’ai pas lu Broderies encore, mais cette BD est sur ma liste ! Je pense aussi que Persepolis me marquera bien plus que Poulet aux prunes, mais bon ça ne m’empêche pas d’avoir bien aimé ce dernier titre.

  2. Je n’ai pas lu les BD de Marjane Sartrapi, seulement les adaptations ciné. Et j’avais été déçue par ce Poulet aux prunes. Il faudrait que j’en lise la BD !

    1. Je n’ai toujours pas découvert les adaptation cinématographiques, il faut vraiment que je le fasse ! Je ferais mieux de commencer par Persepolis si tu as été déçue par Poulet aux prunes…

  3. J’avais bien aimé Persépolis il y a quelques années… Puis j’ai lu Poulet aux prunes, mais là, mis à part l’histoire de l’instrument de musique, je ne me rappelais plus de l’histoire… Bref, il va falloir que je me replonge dans les productions de cette auteure !

    1. Je n’ai pas été aussi émue que toi je crois mais j’en garde un très bon souvenir, c’est une oeuvre colossale ! Décidément tout le monde a vu l’adaptation en tout cas 🙂 J’espère que tu auras l’occasion de découvrir la BD !

  4. Cela fait un moment que je me dis que je dois découvrir l’auteure, tu achèves de me convaincre. Cet album me fait vraiment de l’oeil, merci pour ce partage.

    1. Ce serait super chouette que tu découvres Marjane Satrapi, elle a un style unique ! Persepolis est son titre le plus connu mais Poulet aux prunes est beaucoup moins épais… à toi de voir 😉

    1. J’ai adoré Persépolis aussi, c’est par celui-là que j’ai découvert Marjane Satrapi 🙂 Tu devrais aimer Poulet aux prunes aussi, même si Persépolis reste indétrônable 😉

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.Les champs requis sont indiqués *