Pourquoi lire Le Poids des secrets ?

Hello,

La dernière série que j’ai découverte et terminée est Le Poids des secrets, écrite Aki Shimazaki. J’avais reçu le premier tome dans la box Exploratology (que je vous ai présentée il y a bientôt un an !) et il m’a fallu quelques mois pour lire les cinq tomes de cette histoire !

Aki Shimazaki_le poids des secrets_ulostcontrol_1

Des secrets de famille bien compliqués

L’histoire commence alors que Yukiko vient tout juste de mourir. Sa fille retrouve alors une lettre qu’elle lui a adressée et dans laquelle elle lui raconte son histoire et le terrible secret qui la hante depuis dès années. Née à Tokyo, elle a ensuite déménagé à Nagasaki où elle a petit à petit reconstruit le puzzle de sa famille et découvert les mystères qui entouraient ses parents. Deux familles partagent ainsi un destin commun : celle de Yukiko et celle de Yukio -deux prénoms qui se ressemblent étrangement, et non sans raison. Si les personnages se comptent en nombre finalement assez restreint, leurs multiples interactions sont telles que l’intrigue est cependant très riche et très aboutie.

C’est le début du printemps. Je monte sur la montagne d’où je peux voir la vallée entière. Le vent effleure doucement ma peau. J’aime l’odeur des herbes sauvages. Allongé dans l’herbe, je regarde le ciel clair. L’air pur. Les papillons volettent entre des fleurs sauvages. Les oiseaux chantent et passent au-dessus de moi en suivant celui qui mène la volée. Je ferme les yeux. La chaleur douce pénètre dans ma peau. Je veux rester ainsi éternellement. (tome 2 p.43)

Aki Shimazaki_le poids des secrets_ulostcontrol_4

Une histoire, plusieurs voix

Le second tome nous raconte la même histoire que le premier, mais nous est conté du point de vue de Yukio. Le troisième est centré sur l’enfance de Mariko (la mère de Yukio) qui a émigré au Japon et est d’origine coréenne. Le quatrième tome nous raconte quant à lui l’histoire de Kenji Takahashi, le père adoptif de Yukio, et enfin le cinquième est une nouvelle fois centré sur Mariko, mais cette fois sur ce qu’elle a vécu pendant son âge adulte. Bref, Le Poids des secrets multiplie les points de vue et les narrateurs. Usant quasiment à chaque fois du procédé de la mise en abîme, Aki Shimazaki nous propose ainsi des récits enchâsses qui complexifient la narration et contribuent à élaborer une intrigue complexe et passionnante.

Une forte dimension historique

Le Poids des secrets, c’est d’abord une histoire qui a lieu à Nagasaki à la fin de la seconde guerre mondiale. Si le climax de l’action a lieu juste avant que la seconde bombe ne soit larguée sur le Japon, l’intrigue se construit en revanche sur de nombreuses années avant et après le largage de la bombe. Evidemment, le contexte de fin de seconde guerre mondiale constitue le décor principal de cette histoire -même si d’autres éléments de l’histoire asiatique sont abordés : l’exil des coréens, les emprisonnements en Russie, les traditions japonaises…

Aki Shimazaki_le poids des secrets_ulostcontrol_2

Un sens aigu du mystère

En plus de nous plonger dans des secrets de famille, Aki Shimazaki entoure de même son récit de nombreux mystères, à commencer par le titre de ses livres. On se plait en effet à les découvrir petit à petit, au fur et à mesure de notre lecture. De même, le procédé narratif du récit est tel que l’on découvre à chaque tome une nouvelle facette des personnages et de leur histoire -la découverte est à chaque fois au rendez-vous, et la curiosité du lecteur est sans cesse attisée.

Je crois qu’il n’y a peut-être pas de coïncidences dans ce monde. Il doit y avoir un rapport entre les phénomènes qui arrivent en même temps. (tome 5 p.128)

Une écriture épurée

Sans mentionner le fait que la série soit très courte (chaque tome fait en effet une petite centaine de pages), l’écriture d’Aki Shimazaki contribue vraiment à faire du Poids des secrets une série très concise et d’autant plus percutante. Le style est très imagé, les phrases sont brèves mais évoquent pourtant une multitude d’émotions, les formulations sont très poétiques et les images utilisées touchent directement l’imagination et la sensibilité du lecteur. Bref, Aki Shimazaki a su construire un décor fascinant autour de ses personnages grâce à l’écriture.

Je regarde le ciel nuageux. Je pense à Sono, qui doit revenir de Mandchourie avant la saison des pluies. J’espère que je pourrai lui annoncer une bonne nouvelle lors de notre prochaine rencontre. Je vis Sono et Mariko côte à côte, comme sur une photo. (tome 4, p.55)

Voici donc les cinq raisons qui j’espère vous pousseront à vous intéresser à Aki Shimazaki et à sa série Le Poids des secrets. J’ai été absolument ravie de découvrir cette histoire (grâce à Exploratology !) et de me plonger dans ces histoires de famille. J’ai d’ailleurs déjà très envie de relire la saga afin de mieux connaître les personnages et mieux saisir leur complexité, de même que j’espère avoir bientôt l’occasion de lire d’autres titres d’Aki Shimazaki, qui a sans aucun doute un talent immense pour raconter des histoires et élaborer des sagas familiales captivantes.

aki shimazaki tsubaki_ aki shimazaki hamaguri aki shimazaki tsubame aki shimazaki wasurenagusa aki shimazaki hotaru

Dans une lettre laissée à sa fille après sa mort, Yukiko, une survivante de la bombe atomique, évoque les épisodes de son enfance et de son adolescence auprès de ses parents, d’abord à Tokyo puis à Nagasaki. Elle reconstitue le puzzle d’une vie familiale marquée par les mensonges d’un père qui l’ont poussée à commettre un meurtre.

Obéissant à une mécanique implacable qui mêle vie et Histoire, ce court premier roman marie le lourd parfum des camélias (tsubaki) à celui du cyanure. Sans céder au cynisme et avec un soupçon de bouddhisme, il rappelle douloureusement que nul n’échappe à son destin.

Vous aimerez peut-être aussi

10 commentaires sur “Pourquoi lire Le Poids des secrets ?

  1. Coucou Charlotte 🙂
    Merci pour cette découverte ! Tu en parles très bien et tu m’as vraiment donné envie d’aller à la rencontre de ces cinq romans. Je le note précieusement dans un coin de ma tête pour espérer les trouver la prochaine fois que j’irai en librairie.
    À très vite !

    1. Je te réponds un peu tard puisque tu as déjà bien avancé la saga ! Je suis super contente de voir que tu l’apprécies en tout cas, c’est une histoire que j’ai adorée et qui est très marquante !

  2. Que c’est beau!!! je crois bien que je vais craquer pour ma fille qui est passionnée par le Japon (mais c’est un prétexte, car ce que tu en dis, les extraits et les couvertures, le tout ça me plait!!!)

  3. Oh!!! Ca me donne trop envie! J’ai reçu aussi le premier bouquin du saga par Exploratology (qui est excellent!!!!!) mais je n’ai pas continué la série. Mais en te lisant, ça m’a donné trop envie. Je vais de ce pas acheter la suite :).

    1. Oh trop chouette ! Perso j’avais tout de suite accroché et j’ai trouvé la suite facilement alors je n’ai pas résisté 😉 N’hésite pas à revenir me donner ton avis quand tu auras lu la suite, pour savoir si ça continue à te plaire ou non !

    1. Héhé oui, les secrets ont toujours un petit côté intriguant 😛 Trop chouette que ça t’ait donné envie de le lire, j’espère que tu découvriras cette saga et que tu l’aimeras !

  4. Mmmh voilà un sujet qui m’a l’air fort passionnant! Et puis les couvertures sont sublimes! (Bon je sais qu’on ne choisit pas des livres QUE pour leurs couvertures mais là, on dirait de petits bijoux!).
    Je ne connais pas trop la littérature japonaise et ça me tente de plus en plus..j’aime beaucoup les extraits que tu as présentés, des phrases courtes mais poignantes.

    1. Je t’avoue que je ne suis pas hyper sensible aux couvertures (enfin, sauf quand elles sont absolument sublimes ou à l’inverse, hideuses), c’est vrai qu’elles sont plutôt jolies mais sans plus ! En tout cas elles ont l’air de beaucoup plaire aux lecteurs, c’est intéressant à savoir.
      Je ne connais pas bien la littérature japonaise mais du peu que j’en ai lu, je pense qu’il y a moyen d’en trouver pour tous les goûts, même si en effet on retrouve souvent des phrases assez brèves dans l’écriture des auteurs.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.Les champs requis sont indiqués *