Mes extraits préférés du Prophète de Khalil Gibran

Hello,

Intriguée, j’étais déjà passée plusieurs fois devant Le Prophète sans pour autant me résoudre à le lire. C’est Eden, du blog L’âme des mots, qui m’a finalement conseillé de le lire sous ma chronique du Rapt et qui m’a convaincue de laisser une chance au texte de Khalil Gibran. Dans ce texte atypique sans trame narrative, un voyageur parle à des villageois de ce qui “se meut dans leurs âmes” : l’amour, la beauté, la prière, le plaisir, la douleur, la mort… Le villageois s’exprime avec simplicité et concision sur les thèmes les plus essentiels de la vie humaine, partageant avec nous sa sagesse et toute sa compréhension de l’âme humaine.

Le Prophète est pour moi un texte tout simplement incritiquable. Les chapitres nous donnent (en toute modestie) à réfléchir sur la vie et sur notre existence et, bien qu’il soit tout à fait probable qu’on ne soit pas en accord avec tout ce qui est exprimé dans ce livre, on ne ressent pourtant pas le besoin de le mentionner ou de débattre à propos de ces passages. J’avais pourtant envie de partager avec vous ma lecture de ce livreLe Prophète est un livre très marquant, bouleversant en un sens, et qui s’adresse à tout le monde. Vraie réserve à citations, j’ai voulu partager avec vous dans cet article quelques uns de mes passages préférés du livre de Khalil Gibran.

le prophete_khalil gibran_u lost control_2

Le premier extrait dont je voudrais vous parler est à propos de la beauté. Où la chercher ? Comment la trouver ? Comment parler d’elle ? Khalil Gibran nous propose non pas de la voir comme un “besoin insatisfait” mais de réaliser qu’elle est en nous.

La beauté n’est pas un besoin mais un ravissement,

Ce n’est pas une bouche assoiffée ni une main vide et tendue,

Mais plutôt un coeur enflammé et une âme enchantée.

Ce n’est pas l’image que vous voudriez voir ni le chant que vous voudriez entendre,

Mais plutôt l’image que vous voyez, bien que vous fermiez les yeux, et le chant que vous entendez, bien que vous fermiez les oreilles.

Ce n’est pas la sève dans les sillons de l’écorce ni une aile rattachée à une serre,

Mais plutôt un jardin à jamais en fleurs et une volée d’anges à jamais en vol. (p.93-94)

Le second le prophete_khalil gibran_u lost control_extrait4extrait nous parle de la liberté. C’est un sujet que je trouve très intéressant et qui m’a passionnée en cours de philo en prépa ! Quand on a vingt ans, on trouve parfois des réponses auxquelles on ne s’attend pas et Khalil Gibran retranscrit cela à la perfection selon moi.

(…) libres, vous le serez seulement lorsque le désir même de chercher la liberté sera devenu pour vous un harnais, et lorsque vous aurez cessé de parler de liberté comme d’un but et d’un accomplissement.

Vous serez vraiment libres non pas lorsque vos jours seront sans souci et vos nuits sans désir ni peine,

Mais plutôt lorsque votre vie sera enrobée de toutes ces choses et que vous vous élèverez au-dessus d’elles, nus et sans entraves. (p.63)

le prophete_khalil gibran_u lost control_3

Nous arrivons déjà au podium de ce tole prophete_khalil gibran_u lost control_extrait3p ! La religion est un sujet sensible et intime mais qui est assez logiquement abordé dans ce livre. Je trouve l’extrait suivant assez inspirant et très positif. C’est, je trouve, un beau message plein de poésie.

Et si vous voulez connaître Dieu, ne vous posez pas en interprète d’énigmes.

Regardez plutôt autour de vous et vous Le verrez, jouant avec vos enfants.

Et regardez vers l’espace ; vous Le verrez marchant sur un nuage , les bras ouverts au milieu des éclairs et descendant en pluie.

Vous Le verrez souriant parmi les fleurs, puis se levant et agitant ses mains dans les arbres. (p.96-97)

le prophete_khalil gibran_u lost control_extrait2L’avant-dernier extrait que je vous propose nous parle quant à lui du mariage. Amin Maalouf nous dit dans la préface que cet extrait est souvent lu lors des cérémonies de mariage aux Etats-Unis. On comprend assez facilement comment cet extrait pourrait inspirer des couples !

Aimez-vous l’un l’autre, mais de l’amour ne faites pas des chaînes:

Qu’il soit plutôt une mer se mouvant entre les rives de vos âmes.

Remplissez vos coupes l’un pour l’autre mais ne buvez pas dans une seule coupe.

Donnez-vous du pain l’un à l’autre mais ne mordez pas dans le même morceau.

Chantez et dansez ensemble, et soyez joyeux, mais que chacun puisse être seul,

Comme sont seules les cordes du luth alors qu’elles vibrent d’une même musique.

Donnez vos cœurs, mais pas à la garde l’un de l’autre.

Car seule la Vie peut contenir vos cœurs dans sa main.

Restez l’un avec l’autre, mais pas trop près l’un de l’autre :

Car les piliers du temple sont éloignés entre eux,

Et le chêne et le cyprès ne poussent pas dans l’ombre l’un de l’autre. (p.29-30)

le prophete_khalil gibran_u lost control_extrait1Enfin, le dernier extrait (qui est aussi mon préféré) est très lié au thème précédent… puisqu’il aborde le sujet de l’amour. J’ai beaucoup aimé la façon dont Khalil Gibran en parle dans ce livre, le naturel avec lequel ses idées s’enchaînent.

Quand l’amour vous fait signe de le suivre, suivez le,

Bien que ses chemins soient rudes et escarpés.

Et lorsqu’il vous étreint de ses ailes, abandonnez-vous,

Bien que l’épée cachées dans ses pennes puisse vous blesser.

Et quand il parle, croyez en lui,

Bien que sa voix puisse briser vos rêves comme le vent du nord dévaste le jardin. (p.24)

Vous savez maintenant tout des extraits du Prophète que j’ai préférés. Cette lecture a été assez marquante pour moi, et je pense assez objectivement que le texte de Khalil Gibran ne laissera personne indifférent -malgré son apparente simplicité, il aborde des sujets très intimes et essentiels, il nous interroge sur nos valeurs et sur le sens que l’on veut donner à notre vie, il bouscule nos convictions et nous invite à mettre en perspectives nos projets, notre comportement et nos ambitions. Le Prophète est un livre que je trouve très inspirant, une petite pépite autant qu’une mine d’or, et que je vais sans aucun doute garder près de moi longtemps pour y revenir régulièrement. Que pensez-vous de ces extraits ? Avez-vous déjà lu Le Prophète ou avez-vous envie de le lire ? Pensez-vous qu’il pourrait vous plaire ?

le prophete khalil gibranDurant toutes ces années, le prophète a côtoyé les collines, conversé avec les vents et murmuré au creux des arbres. Étranger au peuple d’Orphalese, il a pourtant appris à le connaître et à l’aimer. Or, à l’heure de repartir vers sa terre natale, il éprouve une grande tristesse. Car c’est au sein de ce peuple, grâce à tout ce que lui a insufflé ce lieu, qu’il a pu mûrir la sagesse qu’il va désormais dispenser. Et c’est à Orphalese qu’à l’heure de l’adieu, dans un ultime échange, il s’accomplit comme prophète. On l’interroge sur les grandes préoccupations humaines et, inlassablement, il chuchote sa réponse avec tendresse et compréhension, sans dogmatisme.

4 commentaires sur “Mes extraits préférés du Prophète de Khalil Gibran

  1. Franchement je n’ai même pas de mots. Tu viens de lire un livre qui me tient beaucoup à coeur, tu me cites et surtout tu cites des passages très beaux !
    Ca fait beaucoup !
    Alors merci, merci, merci 🙂
    Comme tu le dis, il fourmille de citations. Je suis restée plusieurs minutes devant certaines, tellement elles étaient profondes et poétiques ( d’ailleurs, nous n’avons pas la même traduction, c’est intéressant de comparer !)
    Je pense emprunter ta forme d’article ( en beaucoup moins graphique haha ) car le critiquer est impossible. J’en avais fait des fiches personnelles, mais c’est très scolaire et pas forcément révélateur de ce que l’on peut trouver dans cette magnifique oeuvre.
    Et ce qui est drôle, c’est qu’à la base, je suis venue ici pour recueillir le lien de ta chronique sur ”Mes Contes de Perrault” afin de te citer dans ma chronique !

    1. Mais je t’en prie haha, c’est plutôt moi qui te remercie de me l’avoir fait découvrir ! C’est vraiment un super titre, et sans ton commentaire je serais sûrement passée devant encore plein de fois sans m’arrêter. C’est un livre que je relirai sûrement régulièrement, je pense qu’on redécouvre ces citations différemment en fonction du moment de la vie auquel on les lit. J’ai hâte de voir tes chroniques du Prophète et des Contes de Tahar Ben Jelloun du coup haha ! A très vite 🙂

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.Les champs requis sont indiqués *