Reportages [Joe Sacco]

Cela fait un moment que j’ai envie de lire Gaza 1956 et Palestine, de Joe Sacco. Sans trop savoir pourquoi, je ne me décidais jamais à les prendre en librairie -pourtant, je suis tombée un jour sur Reportages, une bande-dessinée dont je n’avais jamais entendu parler mais qui semblait condenser un bon petit aperçu de l’oeuvre de Joe Sacco…

reportages_joe-sacco_u-lost-control_1

Je me suis donc plongée dans Reportages en me disant que ce serait sûrement une introduction pertinente aux bouquins de Joe Sacco. Une chose est sûre en tout cas : c’est une introduction qui ne s’est pas faite en douceur, mais qui s’est faite au contraire dans la douleur et la peine. Non que Reportages soit une mauvaise bande-dessinée et que j’aie passé un mauvais moment -bien au contraire-, mais c’est que les récits que nous proposent Joe Sacco n’ont RIEN de léger. Dans les différents récits qu’il relate, ce sont à chaque fois des émotions pesantes et difficiles à éprouver qui nous submergent. La qualité de reportage de ces mini-histoires impose un style réaliste, (presque) objectif et pudique à l’auteur, à tel point que l’on se sent parfois mal à l’aise d’être spectateur de toute cette misère.

L’avantage de ces reportages est qu’ils sont relativement nombreux : on peut donc faire retomber la pression régulièrement, poser la bande-dessinée pendant un petit moment pour y revenir plus tard. J’ai beaucoup aimé la diversité qui s’en dégageait également : de nombreux sujets sont abordés, tels que l’immigration, les crimes de guerre, les guerres civiles, les populations délogées… Reportages nous sensibilise à plusieurs réalités et attire notre attention sur des parties du monde qui ne sont pas toujours au centre de l’attention. J’ai appris énormément de choses à travers les planches de cette bande-dessinée, et suis franchement reconnaissante envers l’auteur pour le travail accompli. L’effort d’éducation et de sensibilisation est énorme et est un franc succès.

J’ai enfin été impressionnée par l’équilibre et la justesse de ces reportages : quand le texte est sobre et pudique, le graphisme prend le relais et nous montre toutes les épreuves qui se cachent derrière les mots des témoins. Ce sont les coups de crayon qui sont parfois plus intenses, les détails dessinés qui donnent un côté sombre à la pièce, les dessins des visages qui disent toute la misère. Reportages est une bande-dessinée hyper intelligente -et surtout très humaine-, qui nous invite à nous questionner sur tous ces crimes que l’on ignore parfois, que l’on choisit de passer sous silence ou qu’on se refuse à voir.

reportages_joe-sacco_extrait

la bd de la semaine_ulostcontrolVous l’avez compris, Reportages est une bande-dessinée que j’ai beaucoup appréciée. Elle fait partie de celles que je vais m’acheter tant le travail accompli par l’auteur est réussi et impressionnant. Les sujets dont traite Joe Sacco sont particulièrement difficiles, et pourtant l’auteur nous les présente avec discrétion et pudeur, mais aussi avec intensité. Une lecture difficile mais qu’on n’oublie jamais.

reportages_joe-saccoEn parallèle de ses livres documentaires, Joe Sacco travaille régulièrement pour la presse internationale.
Reportages est le premier recueil de ses différents articles. Il nous conduit en Irak, auprès des soldats américains et Irakiens, en Palestine, au tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie de la Haye pour le procès d’un docteur Serbe accusé de génocide, et pour des récits plus longs, auprès des immigrés clandestins débarquant sur l’île de Malte, des intouchables en Inde, et des réfugiés Tchétchènes en Ingouchie. Ce livre est aussi pour Joe Sacco l’occasion de revenir sur son travail, d’expliquer ses méthodes d’investigation, et de replacer la bande dessinée reportage dans le contexte journalistique.

Je participe cette semaine au rendez-vous “la BD de la semaine”. Retrouvez les bandes-dessinées des autres participants sur le blog de Moka.

Vous aimerez peut-être aussi

18 commentaires sur “Reportages [Joe Sacco]

  1. Sacco ne fait pas tellement dans le léger en effet. Je pense que tu devrais beaucoup apprécier “Gaza 1956”. Tout aussi lourd mais quel reportage ! D’une rare qualité.
    Un peu plus léger mais très (très) cynique, tu as “Bumf” 😉

  2. Joe Sacco est un artiste étonnant. J’ai découvert son travail avec une grande fresque sur la première Guerre Mondiale réalisée sous forme de livre qui se déplie.
    Je note cette BD car ses thématiques me parlent.

  3. Je n’ai pas lu cette BD, mais elle me fait penser au Photographe de Guibert, Lefèvre et Lemercier, que je te conseille vivement si tu ne l’as pas encore lue !
    Elle relate un reportage du photographe Didier Lefèvre, qui rejoint en 1986 une mission de Médecins sans frontières en Afghanistan, pour acheminer une aide médicale à travers les montagnes.
    C’est une très belle BD, qui mêle les photos du reportage aux dessins, je l’ai lue il y a quelques années et ça a été un vrai coup de cœur. (Alors que je l’avais commencée uniquement parce qu’on me l’avait offerte, les dessins me paraissaient trop “sérieux”)

    Je note pour Reportages et l’auteur en tout cas 🙂

    1. C’est marrant, j’étais à l’instant sur Goodreads et on me recommandait justement Photographe ! Je n’avais jamais entendu parler de cette bande-dessinée, mais ça donne très envie en tout cas, et ça a l’air d’être dans le même esprit que Reportages !

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.Les champs requis sont indiqués *