Un roman pour découvrir la littérature brésilienne

Il y a un petit moment, les éditions Belleville m’ont proposé de lire l’un de leurs premiers romans : Sainte Caboche de Socorro Acioli. Je n’ai pas hésité une seconde quand j’ai vu que c’était un roman écrit par une auteure brésilienne ! Il est maintenant temps pour moi de vous parler de cette histoire plutôt sympathique et surtout très fraîche.

Un conte pour adultes

On fait la connaissance de Samuel, un homme de 28 ans, alors qu’il est affamé après ses plusieurs jours de marche et affaibli par la chaleur et le soleil. Il est à ce moment-là très proche de Candeia, le village vers lequel il marche à la recherche de son père. Depuis la mort de sa mère, Samuel n’a en effet plus qu’une idée en tête : venger Mariinha en tuant celui qui les a abandonnés il y a plusieurs années.

À son arrivée à Candeia, Samuel va alors se réfugier dans une sorte de grotte, qui est en réalité la tête de la statue d’un saint : la statue a été commencée il y a des années mais n’a jamais été terminée : témoin du passé heureux du village de Candeia, cette statue à moitié construite fait maintenant la honte de ses habitants. Dans ce refuge original, Samuel semble investi d’un pouvoir étrange puisqu’il se met à entendre des voix, et ces voix ne sont rien moins que les prières et souhaits que les villageoises adressent au Saint. Plus particulièrement, ces prières concernent la vie sentimentale de ces femmes et leurs relations amoureuses. Fort de ce pouvoir, Samuel va alors monter une sorte de mini-entreprise avec son nouvel ami Francisco. De fil en aiguille, cette aventure va le mener sur les traces du passé de sa famille et du passé des habitants de Candeia, et aussi sur celles de son père.

Sainte Caboche est donc un roman d’apprentissage dans lequel le voyage, les rencontres et les nouvelles expériences de Samuel vont l’enrichir et l’aider à compléter le tableau de sa famille. Il s’agit également d’un conte pour adulte, où quelques éléments fantastiques viennent donner une petite touche d’originalité au récit et lui donner un peu de merveilleux.

Un roman idéal pour découvrir la littérature brésilienne

Socorro Acioli aborde dans ce roman des thèmes très classiques de la littérature brésilienne et nous dévoile un spectre assez large de sujets qui sont souvent présents dans ces romans : la religion, les croyances, la famille, l’héritage, le retour sur la terre de ses ancêtres, l’exode, les difficultés financières et sociales… avec une mention spéciale pour le fait que cette histoire se déroule dans une région emblématique du Brésil : le Nordeste. Tous ces thèmes nous permettent d’avoir une très belle image d’ensemble de la littérature brésilienne et d’appréhender cette dernière simplement. C’est d’ailleurs d’autant plus facile de s’y plonger que l’écriture de l’auteure est simple et fluide, son langage est clair et nous entraîne au milieu de ces secrets de famille et de village avec clarté et presque avec une certaine douceur.

Samuel et Francisco discutaient beaucoup. Ils se racontaient leurs vies des hauteurs du Horto aux profondeurs des tombes, et ils se confiaient petit à petit l’un à l’autre. Ils voulaient comprendre comment les prières des femmes finissaient capturées dans le ciment de la tête. Chose impossible. Ils amélioraient leurs plans, prévoyaient de gagner de l’argent en exploitant la négligence de ce saint qui avait oublié d’éteindre la radio de sa pensée. Les deux compagnons allaient secouer la ville de Candeia. Et ils riaient ensemble, de leurs malheurs comme de ceux des autres, car le malheur est une chose dont on se doit de rire. (p.69-70)

Pour aller plus loin

Finalement, je trouve que la force de Sainte Caboche est d’aborder simplement les thèmes phares de la littérature brésilienne tout en y ajoutant un twist un peu enchanté qui fait basculer l’histoire dans le conte pour adulte. J’ai passé un très bon moment en lisant ce livre et ai été très surprise par sa fluidité, son dynamisme et son côté très prenant. C’est ce qui en fait selon moi un roman parfait pour commencer à découvrir la littérature brésilienne.

En revanche, je l’ai trouvé moins abouti comparé à des romans d’autres auteurs brésiliens. Je l’ai trouvé moins fort aussi, moins intense, moins chargé en émotion même si l’histoire de Samuel est touchante. L’écriture de Socorro Acioli est agréable, mais je ne l’ai pas trouvée particulièrement poétique ou percutante, et j’ai regretté de ne pas y voir la même puissance que chez d’autres auteurs, je pense notamment à Paulo Lins, Conceiçao Evaristo ou Ferrez. Bref, Sainte Caboche est un très bon roman que j’ai adoré lire et qui est vraiment parfait pour les curieux qui veulent découvrir quelque chose de différent, mais il ne vous suffira peut-être pas si vous connaissez déjà un peu la littérature brésilienne.

Si vous voulez en savoir plus, je vous invite à regarder la vidéo à propos de Sainte Caboche >>

Après avoir parcouru pendant des jours et des nuits les paysages hostiles du Nordeste brésilien, Samuel trouve refuge dans une grotte à l’étrange forme de tête. L’endroit parfait pour s’installer paisiblement à l’abri des regards ! Mais Samuel se rend vite compte que, depuis son nouveau repaire, il entend les prières d’amour que les villageoises adressent à saint Antoine. Voilà l’occasion de s’occuper un peu… Les prédictions de Samuel à travers la voix du saint deviennent rapidement célèbres dans toute la région. Il a, paraît-il, apporté l’amour à de nombreuses femmes désespérées. Mais bien souvent gloire rime avec déboire. Samuel se retrouve bientôt au cœur d’histoires bien plus compliquées que ces simples prières ne le laissaient prévoir…

Est-ce que vous lisez de la littérature brésilienne ? Est-ce un roman qui pourrait vous plaire ? Connaissez-vous les éditions Belleville ?

Vous aimerez peut-être aussi

9 commentaires sur “Un roman pour découvrir la littérature brésilienne

  1. Ça a l’air assez intéressant et original. (comme la couverture qui est assez spéciale dans son genre) En plus, j’ai jamais lu d’auteur brésilien…

    Et je ne connaissais pas du tout les éditions Belleville, je me coucherai moins conne ce soir. (je vais aller regarder ce qu’ils font, merci pour la découverte)

    1. C’est une toute jeune maison d’édition, il me semble qu’ils se sont lancés l’année dernière 🙂 j’adore la littérature brésilienne, j’en parle assez souvent sur le blog XD Si tu en as l’occasion, j’espère que tu découvriras des auteurs brésiliens un jour 🙂

  2. Ça a l’air génial ! Impatiente de le découvrir moi aussi. Merci pour cette chronique 🙂 Je ne connais pas ces éditions ni la littérature brésilienne mais ça fait plusieurs fois que tu en parles et que ça me donne envie d’essayer. Bientôt j’espère 😉

    1. Ton commentaire me fait très plaisir, ça me touche que tu te souviennes des articles sur la littérature brésilienne ! J’espère que tu trouveras un jour un livre qui te donnera envie d’en lire, peut-être Sainte Caboche ? Bises 🙂

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.Les champs requis sont indiqués *