Le Sculpteur [Scott McCloud]

Il est temps pour moi de rattraper le retard que j’ai accumulé ces derniers mois dans mes chroniques, et de vous poster les chroniques des livres que j’ai lus en fin d’année 2016 ! Ayant lu principalement des bandes-dessinées, ne soyez pas surpris si vous en voyez beaucoup passer dans les prochains jours 😉 On commence d’ailleurs tout de suite avec Le Sculpteur du génial Scott McCloud !

le-sculpteur_scott-mccloud_u-lost-control_2

La carrière de sculpteur de David Smith est au plus bas quand il croise par hasard son oncle Harry dans un fast food. Déprimé, son vieil oncle lui propose un contrat assez particulier : pouvoir sculpter tout ce qu’il souhaite de ses mains nues tout en n’ayant plus que 200 jours à vivre. Déprimé, seul et ne vivant plus que pour son art, David accepte. Pendant ces 200 jours qui seront aussi ses derniers, l’artiste va se consacrer plus que jamais à son art -quel usage peut-il faire de ce talent et quel héritage peut-il laisser derrière lui ?- sans se douter que c’est aussi pendant cette période qu’il va rencontrer la femme de sa vie.

J’étais assez curieuse de m’attaquer au Sculpteur puisque j’avais déjà lu un livre de Scott McCloud, Understanding Comics, dans lequel il théorisait l’art de la bande-dessinée ; j’avais donc assez hâte de voir la façon dont l’auteur construisait ses bandes-dessinées et quelle genre de fiction il pouvait nous proposer.

Je vais d’abord commencer par préciser que j’ai beaucoup aimé l’ambiance générale de l’histoire et le ton monochrome donné aux dessins. Déjà, même si le schéma de l’artiste-qui-vend-son-âme-au-diable est assez classique, j’ai trouvé l’idée hyper bien exécutée et jamais clichée. Le personnage créé par Scott McCloud, David Smith, est très charismatique et on s’identifie très facilement à lui ; on rentre donc très facilement dans l’histoire.

C’est enfin une histoire qui nous invite à nous interroger sur ce que l’on fait passer en priorité dans nos vies, sur le rôle, le sens et la place de l’art dans notre quotidien, sur les sacrifices que l’on est prêt à faire pour son travail, sa passion ou pour l’amour. Le Sculpteur est une bande-dessinée assez complète finalement, de laquelle on ressort en se disant que rien n’est jamais acquis et qu’on ne cesse d’évoluer et de grandir tout au long de sa vie ; et peut-être que les valeurs et les passions qui nous sont les plus précieuses aujourd’hui nous sembleront bien dérisoires d’ici quelques années…

le-sculpteur_scott-mccloud_extrait-1 le-sculpteur_scott-mccloud_extrait-2

la bd de la semaine_ulostcontrolUne belle bande-dessinée qui, sans avoir été un coup de cœur, n’en est pas moins inoubliable. Ma chronique ne rend pas honneur à l’intelligence de l’auteur et à son sens de la narration, Le Sculpteur est une histoire qui, en plus de nous captiver avec une intrigue originale, nous donne à réfléchir sur des sujets essentiels. À mettre entre toutes les mains !

le-sculpteur_scott-mccloudDavid Smith consacre sa vie à l’art – jusqu’à l’extrême. Grâce à un pacte avec le diable, le jeune artiste voit son rêve d’enfance réalisé : pouvoir sculpter tout ce qu’il souhaite, à mains nues. Mais ce pouvoir hors norme ne vient pas sans prix… il ne lui reste que 200 jours à vivre, pendant lesquels décider quoi créer d’inoubliable est loin d’être simple. D’autant que rencontrer l’amour de sa vie le 11ème jour ne vient rien faciliter.

Je participe cette semaine au rendez-vous “la BD de la semaine” ! Rendez-vous sur le blog de Moka pour voir les bandes-dessinées des autres participants.

Vous aimerez peut-être aussi

17 commentaires sur “Le Sculpteur [Scott McCloud]

  1. Waouh !! Ta chronique fait très envie. J’aime l’art. J’aime les histoire qui parlent du sens de la vie. Mais qu’est-ce que j’attends ?!

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.Les champs requis sont indiqués *